jeudi 27 avril 2017

Quand l'Aigle est Blessé



Les signes sur l’argile séchée disparaissent
Seulement quand (si) l’argile se ramollit 
Nos cicatrices disparaissent seulement
Quand notre for intérieur s’attendrit 

Nous recevons des blessures durant tout notre vie. Mais, c’est surtout pendant notre adolescence qu’elles nous marquent le plus. 

Les coups peuvent être de différentes sortes : la violence, l’abus, la guerre, une mauvaise éducation, l’échec, etc. 
Nous serons toujours confrontés à des blessures qui nous ont été affligées durant l’adolescence car c’est à ce moment que nous entamons la dernière étape vers la vie d’adulte où nous serons ce que nous sommes devenus. 
Or, nous sommes humains et la paix et la stabilité du corps et de l’esprit sont possibles. 

L’enfer, c’est les autres, a dit Jean-Paul Sartre dans sa pièce Huis-Clos 1943/1944 et à chaque fois que nous nous verrons par rapport aux yeux des autres, que nous nous jugerons par rapport aux principes des autres, nous ressentirons ces blessures. 

Pour trouver l’apaisement de l’esprit, nous devons trouver l’apaisement en notre for intérieur. 
Nous devons nous détacher des autres, ne pas les juger afin de ne pas se sentir jugés, leur pardonner afin de ne pas se sentir coupables.   

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

mercredi 26 avril 2017

Redouter un Gros Penchant



Un maitre sans maitre
Est un vrai danger 

Dans le post précédent, je vous ai parlé de l’enseignement usuel, de la vie de tous les jours : la base même de la vie.
Mais, les parents, la famille ou les proches ne sont pas les seuls à enseigner la vie. Après l’enfance, il y aura l’école, la société et plus encore. 

Maintenant, imaginons que vous ayez un instructeur (un maitre donc) qui n’ait pas eu de maitre, qui se soit improvisé maitre. 
S’il est honnête, il fera de son mieux mais ne pourra vous apprendre que ce qu’il sait. Or, à un certain moment, il aura atteint ses limites et tout ce qu’il dira sera comme sauter d’un avion sans parachute. 
Enseigner sans avoir eu de maitre est dangereux pour le maitre et pour les élèves. 

Alors, vous me direz : « Il y a des ‘Self-Made-Man’ ! » 
Et je répondrai : « Non, ils ont travaillé plus que les autres, apprenant au fur et à mesure par les autres. Ils se sont entourés de maitres et ont pu progresser grâce à eux. Les personnes dont ils ont su s’entourer ont été autant de tuteurs (de maitres) pour les soutenir et leur enseigner leur savoir. »  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

mardi 25 avril 2017

Avoir un petit Penchant pour...



Un père sans père
A un problème d’équilibre

Quand on sait que toute notre vie est basée sur un peu d’inné et beaucoup d’acquis et que beaucoup de l’acquis se fait avant six ans, on ne peut que se louer d’avoir des parents équilibrés. 

Mais, être père, être mère, met en évidence sa responsabilité : donner à ses enfants de vraies valeurs de vie et de paix. Or, si on n’en a pas reçues que va-t-on donner à ses enfants ? 

La société, inventée pour être pris en charge par un autre parent ou un tiers, quand on n’a pas ou plus de proche, met un tuteur à disposition pour ce cas. Ce tuteur servira de père et/ou  de mère de substitution sans lequel l’arbre se courbera au gré des vents. Il n’y aura plus d’équilibre et, à la première fragilisation, l'arbre que nous sommes tombera. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Mais où sont les Neiges d'Antan ?



Festive est la flamme
Qui, du cœur de l’hiver
Allume le feu de l’amitié
Et réchauffe les liens

Autrefois, les fêtes étaient appréciées car elles consolidaient les membres du groupe, du clan, de la société. 
Chacun y participait, pour s’amuser et pour être utile. 

Les rencontres se faisaient aussi bien autour de la table qu’en cuisine, aussi bien sur la place que sur l’estrade. Les liens se créaient et se consolidaient. On y parlait danse, travail, loisirs, mariage, retrouvailles, etc. Et même, on s’échangeait des conseils pour les champs, des recettes de cuisines ou des souvenirs des voyages. Celui qui savait jouer d’un instrument en jouait, celui qui savait chanter, chantait et celui qui savait conter tenait en haleine ceux qui étaient venus pour l’écouter. 
Chacun avait sa place et tous étaient satisfaits. 

Aujourd’hui, les fêtes de grands groupes se font rares mais, les liens existent encore ; il faut passer par des réseaux sociaux. 
Chacun a sa chance de nouer amitié. 
C’est un peu plus long, parfois plus risqué mais, chacun peut apporter ce qu’il sait faire. 

Pour ma part, j’écris. Merci de me lire, ami lointain et, si tu aimes, fais-moi un signe. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

dimanche 23 avril 2017

Société Organisée



Arbre noueux
Trop fibreux pour la hache du bucheron
Trop tordu pour la scie du menuisier
Il survivra à la forêt

Comme par habitudes, tu fais partie de la vie. 

Mais, la scierie a besoin d’arbres longs, droits et, surtout pas noueux ! Et toi, tu n’es pas exactement dans les normes. Tu es triste. Tu te sens abattu. 
Tu te sens différent. 

Alors, pense un peu. Vaut-il mieux être comme tout le monde, même norme, même barème, même marque ou n’est-il pas plus intéressant de se sentir libre ? 

L’arbre noueux, le paria, le rejeté, ne sera pas coupé. Il continuera de croitre libre. 

A moins de naitre dans une réserve, où il sera supprimé des plants très tôt, l’arbre libre vivra longtemps.

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Livres lus pour vous semaine 36

Puisque personne ne lit mes critiques de livres, je vais faire court : je vous mets les liens de ce que j’ai lu cette semaine et qui m...