jeudi 6 avril 2017

Ensemble ou Perdants



Du ru au fleuve
Enfin du fleuve à la mer
La vie, c’est de l’eau

On raconte toujours l’histoire du héros « solitaire » qui va sauver la veuve et l’orphelin. Mais, en est-il vraiment ainsi. Je veux dire : est-il vraiment solitaire ? Assurément, non ! 

Il est comme ce journaliste qui présente le journal télévisé. On ne voit que lui dans la boite à images mobiles et on oublie que, derrière tout ce qu’il dit, il y a une équipe, de la maquilleuse au caméraman, en passant par le réalisateur et les autres, journalistes ou techniciens. 

Il y a mot qui dit : « Seul, on va vite mais, ensemble, on va loin » et je crois qu’il en est vraiment ainsi. Tout, dans la nature, nous le démontre.
Alors, quand on sait que nos ainés ont fondé un œuvre, avant de chercher à détruire ce qu’ils ont bâti, demandons-nous quelles en seront les conséquences. 

L’eau qui va à la mer, s’évapore et nous revient sous forme de pluie. Rien n’est perdu. Mais, si nous l’empêchons d’aller à la mer, quelles en seront les conséquences ? 

Aussi, faut-il démanteler l’Europe parce que, avec le temps, certains rouages se sont rouillés ? Elle a été créée pour nous apporter la paix. Apparemment, elle nous a été utile ; nous vivons en paix. Alors, faut-il tout détruire ? Non, il faut changer les rouages, mettre des neufs. 

Quand, à ta voiture, les pneus sont usés, vas-tu mettre la voiture à la casse ? Non, tu mets des pneus neufs et elle continuera de t’être utile encore longtemps. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JLPV 'Jean de Florette' de Marcel Pagnol

Jean de Florette de Marcel Pagnol est le premier tome de « L’eau des Collines ».  C’est une histoire qui commence par la présentati...