mercredi 10 mai 2017

Dispersion d'Intentions



La préoccupation est un vice qui fait obstacle à la compassion (D’après le Tao) 

Nous avons l’esprit ouvert et c’est très bien. Nous essayons de venir en aide à autrui et même, nous en sommes constamment sollicités. Mais, à force d’être altruistes, nous arrivons à mêler de la vie des autres au point de vouloir les diriger. 

Nous nous préoccupons du monde et de ses habitants. Sous aimerions le meilleur pour eux. Notre envie de rendre les autres heureux part d’un bon sentiment mais, arrive-t-il aussi pur ? 

Durant des générations, nous avons voulu apporter notre modèle de civilisation à des « sauvages » pour qu’ils aient une « société bien structurée » comme la nôtre. Nous sommes même allés jusqu’à la leur imposer !
Mais, leur façon de vivre était déjà structurée depuis fort longtemps et ils vivaient en paix et heureux sans nous. 

Maintenant, ils sont déstabilisés et nous nous préoccupons pour leur avenir. Nous cherchons encore à modifier leur vie pour qu’elle ressemble à la nôtre et nous ne voyons pas que nous les privons de liberté. Nous les amenons vers un matérialisme inutile en leur annihilant les sentiments, en les robotisant. 

Et, jusque-là, je n’ai pas parlé de compassion. Pourquoi ? Parce qu’en se préoccupant trop de l’autre, nous envahissons son espace vital à tel point que nous ne voyons pas leur vrai mal-être. La compassion en est absente. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JLPV 'Jean de Florette' de Marcel Pagnol

Jean de Florette de Marcel Pagnol est le premier tome de « L’eau des Collines ».  C’est une histoire qui commence par la présentati...