lundi 29 mai 2017

L'Ami n'est Jamais Obligé



Plus nous réfléchissons
à la façon d’aller vers les autres,
Plus nous nous éloignons des autres

La solitude est pesante, dit-on, pourtant il n’y a personne autour de nous pour appuyer sur nos plaies et personne pour nous empêcher de sauter de joie.

Le mot « pesant » est dû à ceci : quand on est seul, il n’y a personne pour nous soutenir.

Chercher un moyen d’avoir quelqu’un auprès de nous signifie vouloir, obliger, une ou plusieurs personnes à venir vers nous. Mais, ces personnes ont le même problème : « elles aussi aimeraient être le centre du monde » ! S’arrêter pour penser, nous empêche d’aller vers les autres et d’avoir cet ami dont nous avons besoin.

Chacun de nous a besoin d’être écouté mais, si nous fermons nos oreilles, nous n’entendrons pas l’appel de celui qui est d’accord pour partager. Si nous n’écoutons pas avec le cœur, cette personne qui parlera mais aussi qui nous écoutera sera perdue. Elle s’enfuira si cherchons à l’obliger.

Se rendre utile à l’autre nous permet d’avoir un quotidien plus léger. Aller vers les autres nous permet d’oublier nos douleurs, nos ennuis et notre solitude. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sem. 42, j'ai lu "Madame feu Mozart"

J’ai lu pour vous «  La redoutable veuve Mozart  » d’Isabelle Duquesnoy. Tout d’abord, je l’ai acheté car son titre m’a interpelé. J...