lundi 29 mai 2017

Ne pas trop tirer sur la ficelle



On ne défait pas un nœud
En soufflant dessus

Nous avons pris la manie de nous plaindre pour la moindre des plus petites contrariétés. Le monde doit aller selon nos désirs. 

Quand nous étions petits, nos parents nous donnaient tout. Il suffisait de demander. Et, maintenant que nous sommes adultes, nous ne comprenons pas pourquoi ce serait différent. 

Notre vie est comme une corde que nous déroulons au fur et à mesure que nous avançons. Parfois, nous rencontrons un nœud. Parfois, c’est nous qui faisons ce nœud, souvent par négligences. 
Les parents nous avaient habitués à enlever ce nœud. La société s’emploie à éviter qu’il y ait des nœuds. Tout devrait aller sans accroc ! Et pourtant, nous rencontrons  un nœud. Que faire ? Souffler dessus, comme quand on était enfants ? 

Et si on prenait un peu de temps pour défaire le nœud ? 
Et si, grâce à ce nœud, on s’apercevait que la corde est plus longue ? 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JLPV : L'ivre de mots" de Stéphane DeGroodt

Oui, j’ai osé lire le livre de Sthéphane DeGroodt tout d’abord parce que c’est SDeG, ce gars qui m’a stupéfait sur une chaine TV que j...