lundi 19 juin 2017

Discours, Dialogue et Correspondance



Parlons et écrivons,
D’abord,
Pour nous l’expliquer
D’après le Tao 

Que de gens se croient écrivais et, que de gens publient des livres que personne, à par eux, ne comprend ! Pourtant, le message semblait bon ! Que s’est-il passé ? 

Moi-même, j’ai un problème : j’écris.
J’écris parce que j’ai des choses à dire et, puisque l’écrit reste, je sens cette obligation de les écrire.
Suis-je un écrivain pour autant ? Non. 
Alors, pourquoi l’écrire ? Après-tout, quand un père donne un conseil à son fils, il n’a pas besoin de l’écrire et, de quel droit, donnerais-je, de fut-ce que des indications, un peu de ce que je fais à des personnes qui ne sont même pas de ma famille proche ? 

Mais, à qui s’adresse-t-on ? 
Quand un écrivain de renom publie un livre, est-ce pour ses enfants ou sa famille ? Non. De plus, il espère toucher les gens bien au-delà du cercle familial. Il se sent flatté si son livre arrive jusqu’à ces personnes qu’il ne connait pas ou qui sont très loin de chez lui. 
Il écrit donc pour les autres. Mais, si son écrit est aussi encombré que sa tête, pensez-vous qu’il sera bien accueilli ? 

Écrivons alors d’abord pour nous. 
Faisons le ménage pour rendre notre écrit acceptable par les autres. Et, dès que nous sommes ‘surs de supposer’ comprendre ce que le lecteur pourrait percevoir, alors expliquons-lui avec des mots simples, cohérents et abordables par tous.
C’est ce dernier travail que nous pourrons partager. 

Pour l’écrit, c’est simple : vingt fois sur le métier remettons notre ouvrage, comme on dit, jusqu’à le rendre clair.  Mais, pour la parole, quand le mot est sorti, il est sorti. D'où : la parole est d'argent mais, le silence est d'or. Il vaut mieux bien soupeser le mot en silence avant de l'amener par la parole sur la place publique.  


Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sem. 42, j'ai lu "Madame feu Mozart"

J’ai lu pour vous «  La redoutable veuve Mozart  » d’Isabelle Duquesnoy. Tout d’abord, je l’ai acheté car son titre m’a interpelé. J...