samedi 23 décembre 2017

Pour Noël, message court : Je Vœux."



Pour Noël, que vous dire de plus sinon de vivre en paix

Si vous êtes en paix, je le serai aussi. Si je suis en paix, vous vivrez en paix. Remplacez toutes vos activités belliqueuses par l’écriture et par la lecture ; vous rendrez service à l’Humanité toute entière. 

Alors, je fais le premier pas : Joyeux Noël de Paix à tout ce qui bouge.


Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 21 décembre 2017

Le Phare des Sentiments - Rimes Rebelles de Patrizia D'Angelo



J’ai Lu pour Vous : «  Le Phare des Sentiments » de Patrizia D’Angelo, sous-titré : « Rimes Rebelles ». 

Oui, c’est de la poésie ; c’est écrit sur la couverture et, à l’intérieur, on y découvre vraiment de la poésie. L’auteure ne ment pas. D’ailleurs, si un rimeur, pour faire joli, peut mentir, un vrai poète ne ment pas ! 

Mais, ce n’est pas de la poésie « ennui ».
Tous les textes se lisent avec plaisir comme on boirait de l’eau quand on a soif. Et, c’est de la poésie « amour » puisque ce sentiment (rappelé dans le titre) y est décliné avec plusieurs possibilités.
Le mot phare nous rappelle qu’il faut faire attention : l’amour, tout comme le bonheur, est fragile. Et, tel le flocon de neige, dès qu’on croit le tenir en main, si on ferme la main, il disparait. L’amour meurt dès qu’il est en cage. L’amour, c’est la liberté, la vague, l’espace ou l’océan ; libre, fort et fragile à la fois. 

Quant au sous-titre « Rimes Rebelles », il est nous donne des vérités. 
Ces vérités qu’on ne veut plus entendre, aujourd’hui, car elles nous contraignent. Dans notre société d’égoïsme, nous ne sommes plus habitués à partager ! Mais, la liberté est à ce prix : elle s’arrête là où commence celle des autres.

Et puis, l’auteure nous parle de la mer aux vagues indécises, des bateaux qui partent en emportent une partie de nous, des îles qui attendent un pont... 

En fait, il faut lire le livre « Le Phare des Sentiments » et rêver aux vacances, aux retours, à la liberté, etc. pour s’en faire une idée à soi. 
Patrizia fait partie des vrais poètes, ceux qu’on a plaisir à lire.
ISBN : 978-2-9529456-0-8 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 15 décembre 2017

Daniel Durand et Monsieur Fluet



J’ai Lu pour Vous : « L’Extraordinaire Semaine de Monsieur Fluet » de Daniel Durand que j’ai acheté à Belfort et, en fermant le livre, je me suis dit : « J’ai bien raison de n’être que blogueur. » 

C’est vrai, imaginez que le hasard m’amène un jour à être écrivain, je devrais peiner pour écrire des choses pareilles ! 
Eh bien, lui, non ! Il écrit sans en faire un fromage, ça se sent, et il retombe sur ses pieds à chaque vers. Non, ne prenez pas tout au pied de la lettre, ce n’est pas de la poésie mais de la prose. 

Mais, comment dire… Pour moi, il a pris des cours privés chez Frédéric Dard ou chez Raymond Devos. Ou les deux car, en plus, il a son style personnel. C’est dingue, non ? Et, il le dit lui-même, sur la 4ème de couverture : « D.D. a été atteint très tôt par le virus… » 

Mais, revenons à Monsieur Fluet. Si vous lisez un jour (de la semaine de M. Fluet) par jour (de votre semaine) vous aurez de quoi partir du bon pied chaque jour pendant 9 jours. Sacrée semaine, hein ? Oui, j’ai bien dit 9 ; car il y a 9 aventures au total.
Alors, une semaine de Bonne Humeur + 2 jours, combien ça vaut ? Pour moi, ça n’a pas de prix mais, Daniel Durand, l’auteur, l’a fixé à 12 Euros. 

Pour l’acheter : je ne vous donne pas les noms des revendeurs sur internet ; tapez le nom de l’auteur et le titre, vous aurez le choix. Ou alors, avec le titre et les numéros qui suivent : EAN : 9782810616039 ; ISBN : 978-2-8106-1603-9 vous pouvez le commander chez votre libraire habituel. Troisième possibilité : attendre qu’il fasse un salon du livre, comme moi, … pour la dédicace.
En tout cas, moi, je l’ai distillé à un jour par jour : je me suis régalé. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

dimanche 10 décembre 2017

J'ai Lu pour Vous : "Boulot et Selfies"




J’ai Lu pour Vous : Boulot et Selfies de Vittorio Di Marco ainsi que la traduction en alsacien  faite par Jean-Noël Kempf. 

Boulot et Selfies, c’est bien plus qu’une pièce de théâtre dont l’humour n’est pas caché ; c’est aussi une leçon de vie.

Oui, une leçon de vie car, sans dévoiler la trame et le dernier « coup de théâtre » de la pièce, je peux quand même dire que chacun de nous, spectateur ou lecteur, en sera chargé d’un nouvel esprit. C’est une pièce qui donne des solutions ; ça va nous changer des promesses et des constats. Et, tout cela, avec humour. 

Par ailleurs, le livre comporte 2 parties ; une en français et l’autre en alsacien de Mulhouse. 


Non seulement vous aurez des solutions mais, en plus, vous pourrez apprendre une autre langue. (C’est pratique quand on habite en Alsace et utile quand, comme certains de nos ‘zompolitics’, on ne connait rien à la culture de ce beau pays qu’est l’Alsace.) 

Pour l’acheter ? Vu le nombre réduit d’exemplaires, faites vite ! (Il n'y en aura pas pour tout le monde) Écrivez aux auteurs et pensez à rajouter les frais de port car, comme vous l’avez constaté, le prix aussi est réduit. Ou alors, risquez le coup (coût ?) et attendez de les voir dans quelque salon du livre… 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

samedi 9 décembre 2017

J'ai Lu pour Vous : "Quotidiens Passagers" de Laëtita Gand, Z4 Editions



Avec « Quotidiens passagers », Lætitia Gand est l’auteure d’un de ces livres qui vous accrochent tout de suite. 

Par la couverture, d’abord, couleur moutarde, qui n’est pas habituelle et qui vous fait penser à : fine et forte. Or, fine et forte sont des adjectifs assez contradictoires... 

Ensuite, le titre est suffisamment explicite qu’il suffirait : « Quotidiens Passagers ».  Deux mots et on sait de quoi l’auteur va parler.
Non, on ne sait pas, on croit savoir !
Ce n’est pas ce quotidien de tous les jours qui est décrit dans le livre. Ce n’est pas le quotidien de tout un chacun, celui qui nous ennuie, qui est traité, non, car « quotidiens » est au pluriel et, en plus « quotidiens » et « Passagers » sont des mots qui s’entrechoquent. 

Et puis, l’image. Un peintre des rues qui fait un dessin qui… disparaitra dès la prochaine pluie ! Mais, pensez-vous que l'image disparaitra de nos cœurs ? de nos souvenirs ?
Il n’est pas besoin d’en dire plus. 

Enfin, à l’intérieur du livre, il y aura (et il y a ; je l’ai lu) des textes qui seront ces images que vous gardez longtemps en vous car elles vous touchent, elles sont déjà les vôtres. Ce sont des vies qui vous ressemblent, vous rassemblent et vous rassurent. Ce sont des images qui vous rendent plus forts et vous feront avancer. Ce sont des images à lire qui vous rendent plus riches. 

Je crois qu’il y a longtemps que je n’avais pas lu de la poésie de ce niveau. 

Lætitia Gand est un de ces poètes qui emmènent le lecteur dans leurs récits, leurs poèmes, comme Léonard de Vinci ou le Caravage nous emmènent encore dans le clair-obscur de leurs tableaux.C'est de l'art.
Je vous en conseille la lecture. 

Pour commander le livre, « QuotidiensPassagers » ISBN 978-0-244-93162-9,  il y a les librairies, bien sûr mais aussi l’auteure à son adresse E-mail : laetitia.gand422@orange.fr ou l’éditeur « Z4 Editions » sur :   http://z4editions.fr/publication/quotidiens-passagers/  
Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

JLPV "Tout commence il y a..." et des poussières

On le sait maintenant, dans l’échelle d’une journée, l’homme est apparu sur Terre les 5 dernières minutes !   Mais avant d’écrire so...