jeudi 29 mars 2018

JLPV : "Un autre regard" de Violette Fulpin


C’est un recueil de poésies dont la couverture est à l’ancienne, lorsque le numérique n’existait pas encore. Il est bien fait, dos collé, carré, vraiment imprimé, avec le trait à gauche qui évite de casser l’âme du livre. On y voit le soin apporté jusque sur l’image, en noir et blanc, de la couverture. 

Il est sous-titré « Poèmes et Textes » et la poésie commence dès l’image : une feuille, une plume et un encrier, une montre pour le temps et un vieux livre d’une ancien poète, un grand, presque oublié mais, un exemple pour l’écrivaine. 

Et puis, l’intérieur. 
D’abord, un texte avec une citation d’Emile Deschamps pour expliquer « Qu’est-ce que la poésie ? » : 

« La poésie est un art complet.
Peinture qui se meurt et musique qui pense.
Un peu plus loin, on lit au figuré :
‘Caractère de ce qui parle particulièrement à l’imagination, au cœur, tout ce qui touche, émeut et charme.’ »

Suivent alors une cinquantaine de textes en prose et des poèmes. Ils sont écrits avec l’encre du cœur et de l’imagination. C’est bien écrit. Le message de chaque texte se ressent. 
C’est « Une petite boutique » de la poésie (https://www.youtube.com/watch?v=hwYBjBDtzgI) qui résiste et j’aime ça. Bravo Violette Fulpin. 

Comment se le procurer ? Je ne sais pas. On me l’a offert. Et j’ai été touché par le geste et par ce qui transparait de chaque texte. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 23 mars 2018

JLPV : "D'une rive à l'autre" de Christiane Hartweg


Ce que j’ai lu en premier, c’est la préface qui commence ainsi : « Les bibliothèques où l’on emprunte le plus de poésie… … sont celles des prisons. »
J’ai pensé : « C’est vrai que la poésie libère, sinon le corps, du moins l’esprit. Elle nous permet de nous évader ! » 

C’est donc un recueil de poésie mais, pas cette poésie assommoir mais, plutôt de celle qui fait rêver. C’est écrit comme du Prévert (c’est une référence) avec une touche féminine en plus, une touche pastel

Je vous mets un extrait, page 10, titre « L’Arbre rose » :
Un arbre / A soudain fleuri / Rose / Dans la cour, / Contre le mur gris. / On le croyait mort, / Sans feuilles / Sans fleurs / Mais il a fleuri/ - Premier soleil / Illuminant la ville - / 

Comme je le dis plus haut, la poésie y est présente partout et, le mur, la goutte d’eau, le vent ou tout autre objet, aux yeux de Christiane, cache un instant de poésie qu'elle nous révèle. Elle nous l’amène dans ce recueil en toute simplicité, en toute sincérité. Elle fait partie des vrais poètes. 

J’ai pu avoir ce recueil au Salon du Livre de Colmar, stand de La Plume Colmarienne. Il vous faudra attendre encore huit mois… ou lui écrire à La Plume…   

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 16 mars 2018

JLPV : Derniers Soupirs à Nonnenbruch de Frickert&DiMarco



La première chose qui nous saute aux yeux, c’est l’image du loup sur la couverture. Le titre, assez emblématique et curieux, ne vient qu’après. Alors, on lit la 4ème de couverture et on s’aperçoit que c’est un roman. 

En fait, le tout incite à le lire car chaque détail de la couverture pose des questions. C’est quoi ce loup ? Et Nonnenbruch, c’est où ? Que vient faire cette jeune femme dans l’histoire ? Le loup a-t-il les yeux verts ? Pourquoi ces hommes qui veulent la tuer l’appellent-ils la sorcière ? Etc. 

Et puis, j’ai commencé à le lire et, dès le début, le style, la façon d’entrer en matière, m’étonne. Oui, ça me plait ! Je continue. 

Bon, là, je ne vais pas vous raconter l’histoire mais, sachez que jusqu’à la fin, on ne sait pas qui est la dame et quel est le point qui la relie au loup. Tout est délié et reconstitué au fur et à mesure. 

Une chose quand même : un loup n’est pas un chien. 

C’est édité chez Lulu.com ; ISBN : 978-0-244-67389-5 et c’est le 3ème volet de la coopération entre Patrick Frickert et Vittorio DiMarco. 

Vous pouvez y acceder en cliquant sur ce lien :
Bonne lecture et, si j’ai tort, dites-le moi. Merci. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 9 mars 2018

JLPV : Des Vies et des Songes de "Liz Rewa"



J’ai un jour de retard ; pardon. 
C’est que je tenais à finir le livre de Liz Rewa dont le titre « Des vies et des Songes » a été bien choisi : les situations voguent entre le réel et l’imaginaire. 

Et, si nous portions plusieurs masques ?
Je m’explique. Ce livre est un recueil de onze nouvelles dont chacune nous relate un moment d’une vie différente mais, peut-être aussi, 11 moments différents d’une même vie ! Et puis, le songe… Ces vies qui paraissent bien réelles, avec leurs problèmes ou leurs joies, jouent avec l’imagination, la poésie, l’ailleurs, le rêve et la vie. 

Je connaissais Liz en tant que poétesse. Elle est surprenante, autant que sa musique ou ses tableaux. Eh oui, car elle est aussi peintre et professeur de piano jazz. Et voilà qu’elle nous amène de la prose… et qu’elle réussit à nous emporter dans sa fantaisie ! 

Vrai, faux, quelle importance puisque c’est beau ! Enfin, presque car il y a des nouvelles de rêve et d’autres plus dures. Mais, le bateau de la vie n’est pas que beau !
ISBN : 978-2-7466-1610-3 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 1 mars 2018

JLPV "Une fois Trois" de Pascal Garnier



Cette semaine, j’aimerais vous parler d’un livre que je n’ai pas acheté ; on me l’a donné. Et, la personne a bien fait car, je l’ai lu et j’ai aimé l’histoire. 

L’histoire, c’en est une comme je les écris, avec de l’humour, de l’amour, du surnaturel, du quotidien, etc. En somme, c’est la vie ! 

L’auteur, Pascal Garnier a écrit simplement une bonne histoire. 

Chantal Robillard qui a écrit la 4ème de couverture vous l’expliquera mieux que moi ; l’image est à côté. Cliquez dessus et elle s’agrandira.  

Ce qu’il a écrit, c’est bien. Ce qu’il a fait, c’est fort. Bravo. 

ISBN : 2-908367-91-1 chez « Le Verger éditeur ».
Voilà, c’est court mais complet. Ah, encore une chose. Le format est petit, 11x17 ce qui fait que, à l’intérieur, c’est écrit en petits caractères et je n’aime pas ça ! Heureusement, l’histoire est bonne et l’auteur écrit bien. 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

JLPV "Tout commence il y a..." et des poussières

On le sait maintenant, dans l’échelle d’une journée, l’homme est apparu sur Terre les 5 dernières minutes !   Mais avant d’écrire so...