vendredi 23 mars 2018

JLPV : "D'une rive à l'autre" de Christiane Hartweg


Ce que j’ai lu en premier, c’est la préface qui commence ainsi : « Les bibliothèques où l’on emprunte le plus de poésie… … sont celles des prisons. »
J’ai pensé : « C’est vrai que la poésie libère, sinon le corps, du moins l’esprit. Elle nous permet de nous évader ! » 

C’est donc un recueil de poésie mais, pas cette poésie assommoir mais, plutôt de celle qui fait rêver. C’est écrit comme du Prévert (c’est une référence) avec une touche féminine en plus, une touche pastel

Je vous mets un extrait, page 10, titre « L’Arbre rose » :
Un arbre / A soudain fleuri / Rose / Dans la cour, / Contre le mur gris. / On le croyait mort, / Sans feuilles / Sans fleurs / Mais il a fleuri/ - Premier soleil / Illuminant la ville - / 

Comme je le dis plus haut, la poésie y est présente partout et, le mur, la goutte d’eau, le vent ou tout autre objet, aux yeux de Christiane, cache un instant de poésie qu'elle nous révèle. Elle nous l’amène dans ce recueil en toute simplicité, en toute sincérité. Elle fait partie des vrais poètes. 

J’ai pu avoir ce recueil au Salon du Livre de Colmar, stand de La Plume Colmarienne. Il vous faudra attendre encore huit mois… ou lui écrire à La Plume…   

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, gravillons et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sem. 42, j'ai lu "Madame feu Mozart"

J’ai lu pour vous «  La redoutable veuve Mozart  » d’Isabelle Duquesnoy. Tout d’abord, je l’ai acheté car son titre m’a interpelé. J...