vendredi 28 juin 2019

Que faire quand il fait chaud ?

Dehors, il fait plus de 30 degrés. Dedans, il fait frais. Donc, je reste dedans. 
Je ne vais pas regarder la télé ; les émissions non abrutissantes sont rares et les films sont passés le soir. Que faire ?
Moi, je lis. 

Voici un excellent livre : https://www.thebookedition.com/fr/rouge-sur-blanc-p-366386.html ; il raconte un mois d'un peintre qui "quitte son village où il ne passe jamais personne pour la grande ville où il se passe toujours quelque chose" et il va être servi. 
Il assiste à un crime. Il prévient immédiatement la police mais : pas de cadavre ! Certain de ce qu'il a vu, il mène l'enquête lui-même... pendant la fête de la musique. 

Au-delà de l'enquête, on apprend son histoire et les histoires de sa petite rue : Passage des Augustins à Mulhouse. Et, tout au long des pages, il y a comme un fil rouge (sur blanc) qui est présent à tous les chapitres. 

Gravillons et Doutes by Dm Victor
Parler de couleurs, pour un peintre, c'est normal mais, revoir toujours les mêmes couleurs semble un peu bizarre! Ce sont pourtant les couleurs de la solution de l'enquête. 
Et puis, comme il fait chaud, si vous ne le lirez pas, il pourra vous servir à faire du vent ! 

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 13 juin 2019

Claude Morgenspat, capitaine... de l'étrange


Le 12 février, je vous ai parlé du capitaine Morgenspat qui œuvrait dans « Meurtres aux Musées » (de Mulhouse) et dans « Temps de Meurtres » dont l’action se passait à Mulhouse, Illfurth, Altkirch, Saint-Louis et Runzgraben-le-Haut. 

Par la suite, le 12 avril, je vous ai parlé du « Cas Nonnenbruch » où Patrick et Victor font la découverte d’une main sans corps ; ce qui conduit la gendarmerie à retrouver un corps sans tête ! Un livre où la réalité se mêle à l’étrange pour solutionner, de nos jours, une ancienne légende… 

Mais, voilà que le capitaine Morgenspat revient dans un polar au titre étonnant : « Ballade à Sylvie ». Et il enquête sur ce Cas Nonnenbruch, sur ce corps sans tête de la forêt Nonnenbruch, forêt qui se situe entre Cernay, Lutterbach, Pfastatt et Richwiller. 

Alors, pourquoi mon titre du jour : capitaine de l’étrange ?
Parce que dans « le Cas Nonnenbruch », il est question d’un loup qui occupe cette forêt qui n’a pas vu de loup depuis au moins 2 siècles ; depuis la légende qui fait apparaitre un loup à la place d’une dame poursuivie par trois hommes mauvais. Et, dans « Ballade à Sylvie », il est question de retrouver à qui appartient « ce corps sans tête » cité plus haut mais aussi de corps retrouvés exsangues ! Pour les deux livres, le mot qui me vient à l’esprit est « étrange ». 

Naturellement, pour les deux livres, c’est une enquête sérieuse qui est menée. Elle s’appuie sur des données vraies historiquement et géographiquement parlant. En lisant, vous reconnaitrez les lieux fréquentés par le capitaine et les autres comparses de l’histoire. Vous vivrez, vous aussi, les aventures qui sont relatées par ces deux histoires. Mais, vous serez aussi confrontés à l’étrange du « Cas Nonnenbruch » et de « Ballade à Sylvie ». 

Alors, si vous n’avez pas peur, vous pouvez vous procurer « Le Cas Nonnenbruch » sur Lulu.com ou sur ce lien :
… et « Ballade à Sylvie » sur TheBookEdition ou sur ce lien :

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 7 juin 2019

Rouge sur Blanc à Mulhouse et en Sud-Alsace


L’histoire commence à Mulhouse : de sa fenêtre, un peintre voit une ‘nature morte’ ou plutôt une tache rouge sur un chemisier blanc  et c’est le premier des « rouge sur blanc » du roman qui porte bien son titre ! 

Des « rouge sur blanc » comme le drapeau symbolique de l’Alsace, il y en aura d’autres et, à chaque fois, ces deux couleurs resurgissent de la mémoire du héros pour lui ramener des souvenirs enfouis… et des évènements nouveaux. 
Puis, l’histoire s’emballe. Le héros voit apparaitre d’autres protagonistes, amis, ennemis, bons et méchants et le tout dans une foule de gens puisque l’histoire se passe pendant la fête de la musique à Mulhouse. 

Qui veut tuer Fabien ? Qui cherche à le préserver de tout danger ? Et, qui est Fabien ?
Une confrontation entre histoire et histoires, ancien, récent et présent,  cuisines, vins,  habitudes et essais, une explosion de couleurs emmagasinées tout au long d’une vie qui finiront par en faire émerger deux, principalement.
Les éléments d’un puzzle « rouge sur blanc » se mettent en place jusqu’à  présenter (à Fabien et au lecteur, à la lectrice) la vérité qui, comme chacun sait, est la quête finale. 
Êtes-vous prêt(e)s à accepter la fin ?   Mais, qu’est-ce que la fin ? Est-ce la fin ? De quoi ? De qui ? Pourquoi ? 

Vous le saurez en lisant « Rouge sur Blanc » de Vittorio Di Marco édité chez TheBookEdition à Lille. Un des meilleurs romans que j’aie lu ces derniers temps ! 
Je ne vous cacherai pas que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre dont l’histoire de ce peintre, Fabien, ainsi que la fin du livre, m’a touché. Livre à se procurer rapidement pour soi ou pour offrir. Génial. Enfin du nouveau ! 

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

Livres lus pour vous semaine 36

Puisque personne ne lit mes critiques de livres, je vais faire court : je vous mets les liens de ce que j’ai lu cette semaine et qui m...