mercredi 31 juillet 2019

JLPV "Stupeur et tremblements" d'Amélie Nothomb


Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est d’abord la capacité de l’auteur de pouvoir se mettre en évidence, sur la couverture ; d’appeler le lecteur avec « le personnage » A.N. un peu comme le fait ce lunetier qui se met dans ses pubs. Ce n’est pas donné à tout le monde. 
Ainsi, Romain Gary a su signer plusieurs autres romans sous le nom d’Emile Ajar avant qu’on découvre qui il était ! Amélie Nothomb, laisse planer le mystère et l’entretient. Je ne l’ai jamais vue dans une dédicace autrement qu’en Amélie Nothomb ! 

Bref ! Dans le roman « Stupeur et tremblements », l’autrice raconte comment s’est déroulé sa collaboration avec l’entreprise qui l’employait et les collaborateurs (et leurs niveaux) par rapport à elle. 

Pour comprendre : Imaginez un jeu de rôles. Vous ne pouvez pas faire tout ce que vous pourriez. Chacun a un rôle et une certaine autorité dans son domaine et est tenu de s’y occuper pour y être le meilleur… mais, sans porter ombrage au rôle suivant !
Un autre exemple : Une entreprise c’est une tour construite avec des pièces de bois dont on peut, si on veut l’alléger, enlever plusieurs de ces pièces de bois sans que la tour ne tombe ! Et sans que les pièces qui restent en soient plus valorisées ! 

Vous ne comprenez pas ? Samouraï étonné que vous me disiez oui ! 
Donc, lisez « Stupeur ettremblements » d’Amélie Nothomb. Vous verrez pourquoi on ne peut pas rester insensible à ce récit. Pour vivre au Japon, il faut être « déjà puni ! » (Ce jeu de mot est difficile et ne passera pas, me dit-on. Tant pis, inutile de monter sur vos grands chevaux, je ne l’enlève pas !) 
Apparemment, c’est son histoire (elle donne des dates et des évènements !). Elle la raconte et elle s’adapte au système japonais qui est nippon, ni mauvais…  bien au contraire ! 

C’est une histoire qui m’a intéressé du début à la fin ; je me suis bien amusé ( !) à lire cette partie de sa vie qui semble tellement vraie (et elle doit l’être !) que la cérémonie du thé en devient importante ! Que le petit jardin devient un parc ! Que le bonsaï madame devient une yeuse (non, chêne plutôt) gigantesque ! 

Que dire de plus ? C’est une auteure belge de langue française qui aime les chapeaux autant que Magritte, qui sait manier l’humour aussi bien que Raymond Devos, qui a la verve plus percutante que Benoît Poelvoorde. 

Ce n’est pas un livre bien épais mais, apparemment, tout est dit. 
Par ailleurs, vu que je parle du pays du « soleil levant » (qui ressemble à un dragon, sur une mappemonde), je vais faire un peu de pub pour « Phrases de lune » ; recueil de poésies, de toutes sortes de poésies (le livre commence avec des haïkus) mais aussi rempli de croyances et de vérités sur notre satellite de nuit. 

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 25 juillet 2019

JLPV "Jusqu'à Nouvel Ordre" 2 de Sacha Guitry


Oui, j’ai encore quelque chose à dire sur « Jusqu’à Nouvel Ordre » de Sacha Guitry. 

Je sais, il l’a écrit en 1913, c’est une vieillerie ! Que vous croyez ! Moi, j’ai pris le temps de le lire et, hormis quelques 2% de points qui pourraient se rattacher à son époque, ce livre est totalement d’actualité. 

Quels sont ces 2% ?
Certains mots sur les montres. Quoi que… il parle des montres oignon, de poche, à gousset… mais ça existe encore ! Je connais plusieurs infirmières qui les utilisent de cette façon puisque c’est plus pratique et plus salubre.
Ou alors, quand il parle de voitures. C’est vrai que sur les voitures on a fait des progrès énormes. Mais l’action de se pavaner n’a pas changé. Les hommes (et les femmes aussi de nos jours) sont toujours les imbéciles qui veulent montrer jusqu’où ils arrivent à pisser plus loin ! La voiture sert de sarbacane. Écœurant !  
Sinon, pour les chiens, si Sacha Guitry était présent, je lui en toucherais quand même un mot. L’aller vaut bien un retour et vice-versa ! Quand vous aurez lu le livre vous comprendrez ce que j’insinue par-là ! 

Et puis, il parle aussi des mots, de la dernière d’une pièce ou de comment raconter une histoire… et plus encore… 

Sinon, j’ai beaucoup aimé et c’est pourquoi je vous le conseille. De plus, l’auteur est un homme encore intéressant et ses propos ont traversé 1 siècle sans encombre ; ils sont toujours valables

Mais, qu’est-ce qui m’a amené à lire ce livre ?
J’ai écrit une pièce de théâtre (la n°2) qui a pour titre « Boulot et Selfies » qui m’a fait penser à Sacha Guitry. Rien de plus.
Je pense qu’aujourd’hui encore, il se serait amusé à écrire une pièce comme celle-ci (sans chercher la comparaison, naturellement !) qui mêlerait l’argot, les différents métiers, les gens complémentaires et… la débrouillardise. Il se serait adapté à l’époque tout en restant Sacha Guitry. 

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

mardi 23 juillet 2019

JLPV "Jusqu'à nouvel Ordre" de Sacha Guitry


L’auteur commence cet essai par une explication de « l’argent » et nous dit pourquoi l’argent régit nos vies que nous en ayons peu, beaucoup ou pas du tout.
Comme vous vous en doutez, ce mot est à rapprocher avec le bonheur et l’auteur nous dit que ce n’est pas parce qu’on a de l’argent qu’on est forcément heureux mais, si on n’en a pas du tout et qu’on vit avec ceux qui en ont, on sera forcément malheureux. 
(Naturellement, j’essaie de vous expliquer 1 page en 2 phrases…)

Ensuite, Sacha Guitry parle de la santé : « ça, c’est tout ! » (C’est lui qui le dit. Il n’en dit pas plus. Je suis d’accord.) 

Et il continue sur l’amour, le travail, etc.
Là, je m’arrête car il nous fait un éloge sur l’orgueil avec de bons arguments et que certaines choses sont difficiles à expliquer sans en prendre parti. (Quoi que je sois d’accord avec ce qu’il dit.) Et suivent l'amitié, les repas, le jeu, les vices, et. etc. 

Je suis certain que je vous parlerai encore de cet auteur.  

Auteur : Sacha Guitry ; 1912/1957 (le 24 juillet) 
Une œuvre colossale qui traite essentiellement de théâtre (124 pièces) mais, il a écrit plusieurs œuvres d’esprit, humour, pensées, constatations, aphorismes, etc. et un seul roman : « Mémoires d’un tricheur » (à lire absolument). Il a aussi tourné ‘quelques’ films (36 dont plusieurs adaptations (17) de ses pièces de théâtre). 
(à propose de mémoires d'un tricheur, il me vient en tête un roman : Rouge sur Blanc

Bonne lecture.  

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

JLPV "Tout commence il y a..." et des poussières

On le sait maintenant, dans l’échelle d’une journée, l’homme est apparu sur Terre les 5 dernières minutes !   Mais avant d’écrire so...