jeudi 29 août 2019

JLPV "Manon des Sources" de Marcel Pagnol


Je vous l’ai dit la semaine dernière, j’avais lu le Tome 1 de L’eau des Collines : Jean de Florette. Vous pensez bien que je me suis immédiatement jeté sur le Tome 2 : Manon des Sources dès que je l’ai fini !
Et, de nouveau, j’ai été transporté dans des paysages où le soleil fait la loi, les senteurs vous portent et l’eau est importante.

Manon des Sources a grandi et le voisin s’est enrichi. Deux nouvelles histoires commencent et se rencontrent avec la venue d’un autre protagoniste : le maitre d’école. Et là, l’étincelle se produit. Le tout est saupoudré d’une trouvaille fortuite : la source mère qui donne l’eau à la source du terrain et qui amène l’eau au village.

Amour, vengeance, rancune, justice, débats, résurgences, miracle, enquêtes, jugements, etc. Rien n’y manque ! 
Et la Provence, les collines de ma jeunesse qui me reviennent pendant que j’accompagne Manon et ses chèvres ou pendant les galéjades d’une partie de boules ! 
Mais, tout de suite revient l’histoire : la mort du bossu, Manon la sauvageonne, Baptistine qui a perdu son Giuseppe ; le passé crie vendetta ! Et le maitre d’école qui essaie de calmer le jeu… La révolte des paysans aussi qui risque de faire mal et la découverte de la famille qui peut apaiser…

Manon des Sources, Tome 2 de L’eau des Collines  qui pour l’édition que j’ai en main (Toujours l'Editions Pastorelly Monaco 1987 ; © Marcel Pagnol 1962 ; dépôt légal 1964 ; RCI N°61-P-2109), est tout aussi admirablement bien écrit que le Tome 1 ; Marcel Pagnol, considéré ‘Homme de Théâtre’ est aussi un grand écrivain de romans. Et, il démontre avec L’eau des Collines ; Jean de Florette et Manon des Sources.

Bonne lecture,

L’image de côté est celle de la jaquette du dvd car, j’ai aussi visionné le film de Claude Berri, 1986. (Et j’avais, à la télé, vu le film ‘Manon des Sources’ de Marcel Pagnol, 1952, avec Rellys et Jacqueline Pagnol qui est quand même assez différend du dernier en date)

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 22 août 2019

JLPV 'Jean de Florette' de Marcel Pagnol


Jean de Florette de Marcel Pagnol est le premier tome de «L’eau des Collines ». 
C’est une histoire qui commence par la présentation d’un village afin d’expliquer pourquoi ce qui suit est possible. Déjà cela est intéressant puisqu’on connaitra un peu de l’historique de la population provençale. 

Et puis, il y a l’histoire proprement dite : Un monsieur (de la ville) hérite d’un mas avec terrain dans les collines de Provence. Il a l’intention de s’y installer définitivement et commence son exploitation. Malheureusement pour lui, le voisin voudrait posséder son terrain pour y faire des cultures qui demandent beaucoup d’eau. Et ce terrain a une belle source. Mais, le nouveau venu ne le sait pas. Le voisin bouche la source pour décourager le légataire qui a aussi beaucoup besoin d’eau pour ses cultures. Il est obligé d’aller chercher l’eau très loin et se tue au travail. Le voisin peut acheter le terrain et faire réapparaitre, comme par miracle, l’eau. 

Évidemment, il n’y a pas que cela. C’est aussi l’histoire d’une petite fille qui aide son père, cet homme qui est ignoré de tous puisqu’ils (ceux des Bastides) pensent qu’il n’est pas du village. C’est aussi l’histoire d’une famille puissante qui peut acheter les consciences. C’est l’histoire de gens qui laissent mourir d’autres gens pensant que ce n’est pas leurs affaires. Etc. 

Il y a des sentiments, bons, mauvais, sournois, drôles, etc. ou tristes, à chaque page. Et il y a aussi, pour moi qui ai passé ma jeunesse dans les garrigues, des odeurs de thym, de lavande, de romarin, de soleil qui peut être généreux et donner la vie ou l’enfer et brûler tout ! 

Jean de Florette, Tome 1 de L’eau des Collines  qui pour l’édition que j’ai en main (Editions Pastorelly Monaco 1988 ; © Marcel Pagnol 1962 ; dépôt légal 1964 ; rci N°61-P-2109) est admirablement bien écrit et, Marcel Pagnol, par ses descriptions, nous plonge dans l’ambiance des cigales. On s’y croirait. On souffre avec le bossu, on est en colère contre le papet, révolté contre les villageois, etc. on fait partie de l’histoire, on est plongé dans L’eau des Collines 

 Bonne lecture,

L’image de côté est celle de la jaquette du dvd car, j’ai aussi visionné le film de Claude Berri, 1985. (Et j’avais, à la télé, vu le film ‘Manon des Sources’ de Marcel Pagnol, 1952, avec Rellys et Jacqueline Pagnol)

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

jeudi 15 août 2019

JLPV "Les Fleurs du Diable" de Isabelle Bruhl-Bastien


J’avais acheté le livre pour l’offrir à un ami ; le titre et la couverture m’avaient fait penser à lui. Et puis, j’ai lu la première page… 

Quand un livre est bon, on le sent déjà au début. La première page m’a amené à lire le chapitre. Une fois que j’avais commencé, ben, je suis passé au second chapitre et ainsi de suite. Je n’ai pas su résister, je voulais savoir la suite ! 

L’intrigue est bonne et c’est bien écrit et il ne faut pas oublier la profondeur des propos. Le fond et la forme vous appellent et vous proposent un voyage obsédant où le plaisir de lire se confond avec une histoire où vous êtes mêlés à des évènements mystérieux. Les sujets traités sont multiples et vous donneront à penser.
Et puis, la fin : un régal. Tout est remis en question. 
Pourtant, quand tout est mis à plat, tel un puzzle qu’on vient de terminer, quand il ne manque rien et que chaque pièce a sa bonne place, celle qui donne l’histoire, on devrait être rassuré : on a fini… On a fini ? 

Ce livre m’a fait penser à « Meilleurs Souvenirs de Belfort » de Frickert/DiMarco où le personnage principal doute de sa propre existence alors, celle des autres… 

Les Fleur du Diable vous mettront dans la peau d’une psychiatre, le docteur Hélène Pagès. Elle a la cinquantaine et son équilibre psychique (donc, le vôtre) sera mis à rude épreuve suite à une série d’incidents. En viendra-t-elle à bout ? Dans son inexorable descente aux enfers, trouvera-t-elle la bonne porte de sortie ? Je n’en dis pas plus. Et, d’ailleurs, qui est cette silhouette aux intentions inquiétantes ? 

Les Fleurs du Diable, c'est un livre de 304 pages, édité aux Éditions du Venasque, ISBN 978-2378991074
L’édition des Fleurs du Diable que j’ai en main a été achetée sur Amazon ; il vous suffira de cliquer sur le lien pour lire quelques pages ou pour le posséder !

Bonne lecture et, méfiez-vous des manipulateurs… 

Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

vendredi 9 août 2019

JLPV : Nul ne Saura de Mary Jane Clark


J’ai pris un livre dans la bibliothèque de ma fille pour me régaler d’une bonne histoire : Nul Ne Saura. J’avoue, je pensai prendre Mary Higgins Clark ! Je ne me suis aperçu de la méprise que bien plus tard. Et ce fut une belle surprise car l’auteure traite admirablement bien d’une bonne histoire. 

En fait, pour début, il y a deux histoires.

La première est celle d’un jeune garçon (Vincent Bayler, 11 ans) passionné de « poile-à-frire » (comme dans Le Cas Nonnenbruch) c’est-à-dire de détecteur de métaux. Un jour, il trouve quelque chose mais en garde une partie ! (comme dans le Cas Nonnenbruch) Et, on le suspecte de suite : comment a-t-il pu détecter cette chose s‘il n’y a pas de partie métallique ! Où est passée la partie métallique ? 

Là, il doit se méfier du méchant, le vrai ! Celui qui cherche cette partie de la chose ! Et qui est, peut-être, à l’origine de la chose… qui, elle-même n’est qu’une partie d’autre chose…Je ne peux pas tout vous dire sinon, où est le plaisir du suspense !

La deuxième histoire met en scène une journaliste (Cassie Sheridan) de renom qui travaille pour une chaine de télé. Un jour elle s’attaque à quelqu’un de puissant et avec des relations… Elle perd (la journaliste) tour à tour, et son emploi, et la maison, et son mari, etc. et se retrouve, quand même, petite journaliste pour un petit journal de province. (Comme on dit en France).

La vraie histoire commence lorsqu’elle rencontre ce garçon. Elle se dit qu’elle pourra se refaire… Mais, les dangers sont plusieurs… et je ne vous en dirai pas plus. D’autant que le jeune garçon a un frère… Mark, 5 ans… malade… plus le Fbi… plus l’ouragan… plus… etc. et n’oublions pas cette personne importante qui veut toujours se venger…

Excellente histoire, bien écrite, qui vous donne envie de tourner la page pour lire la suite. Je vous conseille « Nul ne saura » de Mary Jane Clark.

Je connaissais Mary Higgins Clark. J’ai lu plusieurs de ses livres et certains, je les ai regardés à la télévision puisqu’il y a eu plusieurs adaptations pour le petit écran. J’ai lu quelques livres écrits par sa fille Carol Higgins Clark  et maintenant une autre Clark vient leur disputer un titre dans le suspense ! Je lui donne la deuxième place. Désolé Carol mais « Nul ne saura » est drôlement bien ficelé. 
Bon, de Mary Jane, je n’ai lu que celui-ci… pour l’instant. 

Titre original : « Nobody Knows » publié par St. Martin’s Press ; traduit de l’américain par Jean-Paul Mourlon. © Mary Jane Clark, 2002.
ISBN : 2-7441-6834-3 ; Aubin Imprimeur, Poitiers ; octobre 2003 ; pour France Loisirs Paris – pour la version que j’ai en main. 

Bonne lecture. 
Sinon, vous pouvez vous rabattre sur Meurtres à Silva Alta chez thebookedition 
ou Meurtres en Sundgau chez Lulu.com
Vous avez aimé mon post ? Vous aimerez aussi celui de mes amis : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, TandemLittéraire, gravillons, polarsensudalsace et VittorioDenim N’hésitez pas à partager et, même, abonnez-vous. Bonne lecture.

De Pulversheim à Pfastatt

Pié pour le dessin Message de Claude Morgenspat que vous pouvez lire sur son blog :   https://claudemorgenspat.blogspot.com/ &quo...